Western Armenia Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Western Armenia Forum

Forum de l'Arménie Occidentale
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -36%
Karcher SC2 Upright Easyfix – Balai Nettoyeur ...
Voir le deal
89.99 €

 

 Gens du voyage

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
tagyhi

tagyhi


Nombre de messages : 2513
Date d'inscription : 06/04/2007

Gens du voyage Empty
MessageSujet: Gens du voyage   Gens du voyage Icon_minitimeLun 23 Juin - 16:47

http://gensduvoyage.oldiblog.com/?page=articles&rub=182426

Voir la chronologie vers le bas de la page
Revenir en haut Aller en bas
tagyhi

tagyhi


Nombre de messages : 2513
Date d'inscription : 06/04/2007

Gens du voyage Empty
MessageSujet: Re: Gens du voyage   Gens du voyage Icon_minitimeLun 23 Juin - 16:57

http://romove.radio.cz/fr/article/1857

EXTRAIT

Histoire et origine des Roms

Trouver le pays d'origine des Roms fut un grand défi, depuis le Moyen Age où ils sont apparus en Europe, pour les habitants des pays où ils venaient, aussi bien que pour les historiens. Il n'est pas possible de donner la date exacte de leur arrivée en Europe, car les différents groupes de Roms se dispersaient en Europe, l'un indépendamment de l'autre, chacun empruntant son propre chemin. On peut s'appuyer seulement sur des documents des archives municipales. Les données montrent leur apparition "officielle", sans pourtant indiquer la date de leur arrivée. Les mentions dans les archives sont généralement liées à un événement concret.

Les chroniques de l'époque parlent souvent d'escamoteurs qui amusaient les seigneurs féodaux, de danseurs habillés en costumes brillants, aimés des aristocrates et détestés des citoyens honorables. On pouvait facilement confondre les Roms avec des bandes vagabondes des "artistes". On pouvait donc voir au XIVe siècle en Europe, soudainement, des groupes de gens qui se déplaçaient souvent et qui différaient des autres gens par la couleur foncée de leur peau, par leur façon de s'habiller, par leur mode de vie, par leur langue incompréhensible, par leur tempérament et l'absence de volonté de se soumettre à la pression de la population majoritaire.

Les savants moyenâgeux se posaient la question de savoir qui étaient les Roms, d'òu ils étaient venus dans les pays tchèques et quel est leur pays d'origine. Des siècles durant, l'Europe n'a pas su donner de réponse à ces questions.La mauvaise connaissance des Roms se traduisit aussi par la distance qui existait entre les Roms et les autres habitants, distance qui est propre encore aujourd'hui à la majorité des gens.

En ce qui concerne l'origine des Roms, on estimait le plus souvent que ceux-ci seraient venus dans les pays chrétiens de l'Egypte. Or, dans nombre de pays, on les appela selon leur souche égyptienne supposée - Gitanos (en espagnol), Gypsies (en anglais), Gitans (en français) - mais ces noms dérivent, probablement, du nom de la région de l'Egypte Mineure au Péloponnèse en Grèce ou de la région de l'Asie Mineure. Dans les Balkans, on les a appelés par un nom qui avait été donné à l'origine à une secte manicheï de prêtres, Athiganoie - Atsiganos, d'où un nouveau groupe de noms - Zingaro (en italien), Tsigane (en français) Zigeuner (en allemand), Ciganie (en langues slaves) et Cikani en tchèque.

Un premier pas vers la réponse à la question de savoir qui sont les Roms a été fait par hasard, en 1763, par Stefan Vali, étudiant hongrois en théologie, qui a rencontré à Leyden en Hollande plusieurs Indes - Malabars, étudiants en médecine. Vali a été fasciné par leur ressemblance avec les Roms qu'il avait connus en Hongrie. Ne se contentant pas d'une impression extérieure, il a noté plus de mille mots malabars qu'ils utilisaient et leurs significations. De retour dans sa patrie, il s'est adressé aux Roms pour connaître la signification de ces mots. Il a été surpris par la ressemblance de leur langue. Une étude détaillée de linguistes, historiens, ethnologues qui a suivi, a prouvé que l'origine indienne des Roms était hors de doute.


De l'avis de linguistes et historiens, les Roms, après avoir quitté l'Inde, sont passés par la Mésopotamie vers le Proche-Orient et la partie asiatique de la Turquie, où une grande partie des Roms serait restée pendant environ trois siècles (entre le XIIe et le XVe siècles).

A cette époque-là, ils ont pu, pour la première fois, s'orienter dans la nouvelle culture, ce qui leur a facilité, plus tard, leur passage vers l'Europe. Suite à l'expansion mongole et turque, ils ont continué en passant par l'Asie Mineure et les Balkans, s'arrêtant un certain temps en Grèce, ce dont témoignent de nombreux mots grecs en rom, pour continuer par la vallée du Danube jusqu'en Europe centrale. Une autre aile est allée vers l'Arménie, le Caucase et, plus tard, la Russie pour atteindre même la Scandinavie. Au XVe siècle, les Roms ont déjà été dispersés dans toute l'Europe, y compris l'Angleterre et l'Ecosse.

Au début, ces gens provoquaient en Europe de la curiosité et leur allure exotique des interrogations sur les raisons de leur vie nomade et sur leur pays d'origine. Donc, au début, la population européenne a été indulgente à l'égard des nomades, les acceptant comme des pèlerins chrétiens repentis pour lesquels ils se prenaient. Les décrivant, les chroniqueurs les comparent à des Tartars. La peau foncée, ils s'approchaient des villes en de longues caravanes, à pied ou à cheval, les voitures bourrées de bagages, de femmes et d'enfants. L'Europe centrale avait encore en vive mémoire des attaques tartares. Se rendant bien compte de leur ressemblance avec les Tartars, les Roms se présentaient tels des gens paisibles et de bons chrétiens.

Parfois, on recevait les Roms cordialement, car ils apportaient une nouvelle technologie de traitement de fer et de métaux, de nouvelles expériences et venaient - comme ils le prétendaient - du Tombeau de Dieu. L'homme moyenâgeux qui demeurait toujours à la même place, concevait le cheminement comme une forme de sacrifice et de repentir. C'est pourquoi il considérait les gens qui voyageaient comme des repentis. Les Roms soutenaient ces idées par leurs propres légendes. Ils cherchaient à convaincre les citadins moyenâgeux qu'en cheminant ils devaient se repentir pour les péchés de leurs pères qui avaient refusé d'accepter la Sainte-Vierge avec l'Enfant-Jésus, en se sauvant devant Hérode en Egypte. Une autre légende répandue justifiait la vie nomade comme une punition pour le refus du christianisme. Cette trahison devait être payée par un cheminement qui durait sept ans."...
Revenir en haut Aller en bas
Van




Nombre de messages : 1458
Date d'inscription : 02/04/2007

Gens du voyage Empty
MessageSujet: Re: Gens du voyage   Gens du voyage Icon_minitimeMar 24 Juin - 12:13

En Arménien c'est Gntchou, j'imagin GN = Gnal (aller, partir ). Donc si le mot Gntchou a été connu par les arménien avan le mot gitan tsigan cela signifie qu'ils ont été en Arménie avant que ils arrive en europe, ce qui est logique si il vient de l'Inde.

Le truque qu'il aime c'est les cheveaux, necaissaire pour le déplacement. Par contre je ne suis pas sur qu'ils sont tous des chrétiens. Moi je voie une rssemblance avec des Ezdi , (les kurdes qui n'ont pas adopté islam et qui ont une religion a moitié chretien a moitié solar, le croix chez les ezdi s'est la signe du soleil si je me trompe pas, mais egalement j'ai remarqué que la vierge marie est adoré, de plus chez lez Ezdi il y a des castes 3 ou 4, d'ailleurs je ne sais pas si chez lez Gntchu c'est le cas ils ont plus democrate peu etre Smile .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Gens du voyage Empty
MessageSujet: Re: Gens du voyage   Gens du voyage Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Gens du voyage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VOYAGE EN R.A
» Voyage en Armenie orientale et occidentale
» G.Ginosyan - Voyage vers Armenie Occidentale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Armenia Forum :: ACTUALITES :: Arménie Occidentale-
Sauter vers: