Western Armenia Forum

Forum de l'Arménie Occidentale
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
tseghakron

avatar

Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Mar 13 Avr - 13:17

Սերժ Սարգսյան. "Չենք հանդուրժի, որ Թուրքիան պայմաններ թելադրի"
Մինչ Մեյսոն համալսարանում Էրդողանը խոսել է Հայոց Ցեղասպանության փաստը ժխտելու, այն այլ երկրների խորհրդարաններում քննարկելու անթույլատրելիության մասին, նախագահ Սերժ Սարգսյանը նույն ժամին այցելել է ԱՄՆ նախագահ Վուդրո Վիլսոնի գերեզման, որից հետո ելույթ է ունեցել Վաշինգթոնի մայր տաճարում:

"Այսօր մենք միասին մեր հարգանքի տուրքը մատուցեցինք նախագահ Վուդրո Վիլսոնի շիրիմին` մարդու եւ ԱՄՆ առաջնորդի, ում մեր ժողովուրդը հիշում է ու միշտ կհիշի որպես հայ ժողովրդի բարեկամի: Նախագահ Վիլսոնը մեծ գործիչ էր, ում իր հայրենիքից հազարավոր մղոններ հեռու բնակվող հինավուրց ժողովուրդը գրեթե 100 տարի անց էլ շարունակում է մեծարել ու փոխանցել այդ մեծարանքը սերնդե սերունդ: Այո', մենք պատրաստ ենք եւ ցանկանում ենք բնականոն հարաբերություններ ունենալ մեր բոլոր հարեւանների հետ, բայց մենք չենք հանդուրժի, որ պայմաններ թելադրվեն մեզ",- հայտարարել է Սերժ Սարգսյանը, ապա անդրադարձել Էրդողանի հետ հանդիպմանը:£

"Չկա' Հայաստանի հայության եւ Սփյուռքի հայության կարծիքների տարբերություն. կա միասնական հայ ժողովուրդ, եւ նա տեր է իր արդար դատին".
Նախագահ Սերժ Սարգսյանը Վաշինգտոնի Ազգային տաճարում վերահաստատել է հայ ժողովրդի երկու հատվածների միջեւ սեպ խրելու Թուրքիայի ջանքերի դատապարտվածությունը:

Թուրքիայի վարչապետ Էրդողանի հետ հանդիպման արդյունքների մասին նշել է, որ հարեւանների հետ բնականոն հարաբերությունների հաստատումը պայմաններ թելադրելու գնով չի լինելու:

Սերժ Սարգսյան, ՀՀ Նախագահ. "Մեր դիրքորոշումը եղել եւ մնում է շատ հստակ. Թուրքիան չի կարող նախապայմանների լեզվով խոսել Հայաստանի եւ հայության հետ: Մենք դա պարզապես թույլ չենք տա: Մենք չենք պատրաստվում որեւէ ձեւաչափում քննության առարկա դարձնել Ցեղասպանության եղելության փաստը կամ ձեւացնել, թե հավատում ենք, որ Թուրքիան կարող է որեւէ դրական դերակատարություն ունենալ Ղարաբաղի խնդրի կարգավորման բանակցային գործընթացում":

Հայաստանն անցնում է չտրորված արահետով. ըստ նախագահի` նոր արտաքին քաղաքական ուղեգիծն է փորձությունների պատճառը: Նախքան ելույթը Սերժ Սարգսյանը ծաղկեպսակ է դրել Միացյալ Նահանգների նախագահ եւ Սեւրի դաշնագրի հոգեւոր հայր Վուդրո Վիլսոնի շիրիմին: Նա մեջբերել է 1919թ. փետրվարի 26-ի Վիլսոնի բոստոնյան ելույթի տողերը. "Զորակցե'ք, որ այլեւս հայերը երբեք չտառապեն": Սերժ Սարգսյանը նշել է, որ այս խոսքով ԱՄՆ 28-րդ նախագահը 90 տարի առաջ փաստացիորեն ձեւակերպում էր Հայոց ցեղասպանության միջազգային ճանաչման պահանջը:

Սերժ Սարգսյան, ՀՀ Նախագահ. "Քանզի հենց ճանաչումով է սկսվում Ցեղասպանությունների եւ ապագա բոլոր տառապանքների կանխարգելումը: Այսօր մենք գլուխ ենք խոնարհում Նախագահի շիրիմի առջեւ եւ զեկուցում, որ Հայոց ցեղասպանությունից իննսունհինգ տարի հետո էլ աշխարհի շատ երկրներ, կազմակերպություններ եւ քաղաքական գործիչներ, այդ թվում եւ իր հայրենիքում, շարունակում են գործել վիլսոնյան պատգամի տրամաբանությամբ":

Նախագահը Սփյուռքին զորակցություն է հայտնել եւ նշել, որ անտարբերության, ցինիզմի ու երկերեսանիության քարը ծակելու կաթիլը պետք է դառնա յուրաքանչյուր հայ, որ մայրցամաքում էլ ապրի:

VIDEO : http://67.18.130.178/UserFiles/news/arm/8251_20100413.05arm.wmv
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://njdeh.free.fr
Dikranagert



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Mer 14 Avr - 15:18

pays Arménie occidentale - invaincu 10:43
Analitika.at.ua . Sergei donc écrit dans une lettre Gorodetsky Nvard Tumanyan (fille Tumanyan) sur son séjour en Arménie occidentale. Gorodetsky - l'une des figures les plus brillantes de la poésie russe du XXe siècle. Nature lui a donné divers talents. Poète, traducteur, écrivain, rédacteur en chef et le personnel de plusieurs journaux et magazines ("Nart", "lundi", "mot de race blanche", "Izvestia", etc.) Il est entièrement peinte et conçu ses livres, connaissait les langues, joue du piano, a donné des conférences et des présentations, écrit de nombreux articles sur la musique, artistes, poètes et écrivains. Il est l'auteur de l'œuvre littéraire remarquables portraits de Pouchkine et de Shevchenko, Korolenko, Koupala, Repin, Toumanian et bien d'autres. talent poétique, la fraîcheur et l'originalité de sa poésie ont remarqué non seulement confrères, mais la génération plus âgée - Léon Tolstoï et Repin. En ce qui concerne le livre Gorodetsky "Yar" en 1906 Blok a écrit: "Gorodetsky - tout le vol», il est poète de haut, dont les oeuvres "sont les mots folk vivant et épithètes, tous les vivants, tout tremblant de sa vie." L'un après l'autre, ont été publié des recueils de poésie Gorodetsky - Perun "," Wild "," Rus "," Willow "," Face ", qui lui valut une grande popularité. Le premier recueil soviétique Gorodetsky était "Hammer" (1921), suivi de "Mirola" (1923), "Fringe" (1929). Et puis il a commencé à imprimer de moins en moins. En 1942 est venu "Douma", "Chanson de l'amitié» en 1947, et jusqu'en 1956 Gorodetsky failli ne pas imprimer. Visé par son passé, il semblait fort accusations trop contre la Russie, qui a laissé se débrouiller saignements Arménie. Il suffit de rappeler son article «Nouvelle blessure", écrit en 1918 en réponse au décret de la Russie soviétique à abolir toutes les organisations arméniennes. Commissaire Van district Selon les histoires Gorodetsky Rogneda fille, ils ont vécu sur l'argent que son père a reçu pour le transfert. Il est l'auteur de traductions de Kolas, Koupala, Toumanian et Zaryan, Tychyny et Vaja Pshavela, Molière, et de Hauptmann, Zola, et Knut Hamsun, il traduit ouzbek, tadjik et poètes polonais. Mais surtout importante contribution Gorodetskogo le peuple arménien. Avec Alexandre Blok, Brioussov, K. Balmont, Veselovskiy, Vyacheslav. Ivanov, F. Sologoub, il a non seulement largement popularisé et traduit de la poésie arménienne, mais aussi dans une période difficile pour le peuple arménien (au cours de la Première Guerre mondiale) est allé à l'Arménie occidentale pour y organiser des abris, sauver les enfants arméniens de la violence et des pogroms. «Je leur ai traîné sur les mains, ces yeux-enfants noirs» - avec beaucoup de tristesse et d'amour écrit Nvard Tumanyan poète. En 1916 Gorodestkii est arrivé à Tbilissi en tant que correspondant pour "Le mot russe". Le jeune poète ne savait pas où diriger leur ardeur juvénile et de l'énergie. Rencontre avec Toumanian prouvé fatidique de sa vie. poète arménien lui a parlé de la détresse de son peuple, la perte de la vie d'enfants innocents en Arménie occidentale et se tourna vers lui avec les mots: «Allez et sauver les enfants arméniens. Et il ajouta: - Assurez-vous que les enfants et kurde." Et Gorodetsky sans penser appliquée à l'Alliance des villes (une branche du-Union russe des villes), qui désigne comme lui spéciaux autorisés, Van district lui a donné des directives générales Tout sur l'entretien des réfugiés. D 'une licence émise à son nom dans Bajazet 3 août 1916, a souligné que le et les autorités civiles militaires doivent coopérer pleinement avec lui. Le fait qu'il était un officier de l'armée tsariste, un correspondant et commissaire spécial, lui donne de grands avantages, en particulier, il a pu librement Voyage en Arménie occidentale. Premières impressions de lui étaient contradictoires: une perception poétique et enthousiaste de la nature remarquable de cette terre, de magnifiques églises et de monastères en alternance pensées déprimantes sur le destin tragique de l'ancien peuple expulsées de leurs maisons. Qu'est-ce qu'il a vu dans Van, Dadivane, Igdir (villes et des villages brûlés, ont tué des centaines d'enfants et les personnes âgées), le secoua les profondeurs. Sous l'impression lourde de ce qu'il a vu, il a écrit un cycle de poèmes "Ange de l'Arménie", qui a été publié sous forme de livre à Tiflis en 1918 avec un dévouement Toumanian. La série originale a été publiée dans le Journal de l'arménien et traduit en arménien. Ce cycle de Lounatcharski a écrit: "... Il ya, dans le jaune, brûlée par le soleil l'Arménie, blessé par la brutalité de l'homme, il ya une série de poèmes. Certains d'entre eux ne sont que trop serrer le cœur des lecteurs, notamment« Baby »,« malade mental ». Mais la plupart des documents de valeur ont été des essais et des articles Gorodetskogo de l'Arménie occidentale - est une sorte de chronique des événements de cette époque. Je ne me souviens pas qui d'autre de la écrivains russes se trouvaient dans le creuset de ces événements et qui sont si détaillées, si fortement et vivement condamné la situation. Après jour en jour, Gorodetsky, a décrit la tragédie qui a frappé le peuple arménien, où le droit »à la vie a été noyée dans le sang" . Il en voulait le fait que les yeux de toute l'humanité exterminé un peuple tout entier avec le consentement tacite de l'Europe civilisée et la Russie. «Il n'y avait pas de famille - la mère seule douleur, qui" n'a pas remarqué les «pouvoirs en place. "L'homme moderne, une conscience internationale si anneaux, n'est donc pas le cuivre et autres métaux, - écrivait-il dans l'article Pro Arménie. Et plus loin: «Les gens ont fermé leurs oreilles, les paupières tombantes sur ses yeux pour ne pas voir la terrible, assourdissant ABC." "Province par province obtient à l'ennemi - Ayotsdzor, Vaspourakan, Tashir - arménienne domaine natif ... Le pays perd de sa ressource la plus importante: son peuple, son peuple", - écrit-il dans son essai «Les Désastres de l'Arménie. Ses essais et le roman "Les Jardins de Babylone" était un acte d'accusation sévère de la communauté humaine dans l'indifférence. «Irréparable malheur, la honte indélébile, la colère impuissante pour outrage de l'âme humaine ..." Gorodetsky connu en Arménie occidentale (essai "Le paradis perdu"). Cela s'est produit pour voir le poète russe, a profondément choqué: «Je comprends ce que veut dire la détresse des gens. Le moment à jamais me parenté avec l'Arménie, mais mon bureau est devenu un ministère," - dit-il dans son essai «La vie est indomptable." pays Arménie occidentale - invaincu Dans ses nombreuses lettres Nvard Toumanian il parlait avec amertume sur les pogroms et les atrocités en Arménie occidentale. Avec amour et la révérence, en décrivant l'architecture des monuments anciens de l'Arménie, l'esquisse des stèles et des capitales. «Antiquité Van - est l'architecture. Mais l'architecture de ces temps où l'art de l'homme a continué la créativité de la nature - si elle est massive, épique, majestueuse, qui est plus proche des forces élémentaires de la nature, l'ampleur, que les efforts de l'homme-artiste» - lire dans son essai «Antiquités Wang. Le poète donne une description détaillée des églises arméniennes, rappelle fouilles Marra et Orbeli leurs travaux sur les inscriptions des stèles. Gorodetsky rendu compte que les architectes arméniens des premiers siècles du christianisme adapté les temples païens, plutôt que de les détruire. "Les Arméniens ont rushili mosquées jamais et profané les tombes des autres, ils ont toujours vénéré sanctuaires et celui des autres, croire que les dieux sont des dieux, même si elles sont différentes nations." Il a été surpris que les "émeutiers ne se sont pas détachées de leurs lieux sacrés - tous ont été mutilés, brisés." "Je ne sais pas - continue Gorodetsky - où ça fait mal - dans les églises chrétiennes ou des mosquées dans ceux pour lesquels il a été plus offensif - pour leur dieu, insulté par des inconnus, ou quelqu'un d'autre ... Van - la tombe, Wang - le immense cimetière - conclut Gorodetsky. Et ce qui est conforme à notre époque, son article sur Karabakh. "Chaque pays, chaque nation a son bastion sacré ... Quand le destin d'une nation a, ils sont un rempart de la vie nationale, une île de l'espoir, la récupération de la clé" - écrit Gorodetsky, et souligne que "Karabakh ethnographiques, économiques et linguistiques - Citadelle l'Arménie, son flanc oriental, appelé à défendre la vallée du mont Ararat. Il a noté le courage désintéressé, la propension à prendre des risques, la persistance du Karabakh, qui ont pu se sauver de la dégradation et de l'esclavage. Près de trois ans a été Gorodetsky en Arménie occidentale, près Artik fils, Toumanian. Il Artic lui enseigna la langue arménienne, dans des cahiers Gorodetsky inscrits alphabet arménien et l'orthographe, il a appris quelques mots et il est heureux qu'il était l'apprentissage de la langue arménienne. Seul un coup de chance sauvé la mort Gorodetsky 6. Novembre 1918, il s'est cassé la jambe et finit à l'hôpital. A 3 décembre Arctique avec des camarades ont été pris en embuscade, et personne n'avait une chance d'échapper. C'est Sergei Mitrofanovich rappeler toute ma vie, et l'un des personnages principaux du roman "Les Jardins de Babylone" est devenu Artavazd. Cependant, en voyant la tragédie du peuple, quand il pourrait sembler que l'Arménie est vouée à la destruction, Gorodetsky vu dans son pouvoir grandissant, croyaient en une ruine, dévastée, mais pas vaincu l'Arménie. "Dans les pires moments, quand la nation semblait sur le déclin, encore dans l'utérus de sa vie a continué et a réuni la force de résister», - écrit-il dans l'article "Le dernier cri. Même en 1917-1918, ce grand humaniste prédit un brillant avenir de l'Arménie: «Ne pas tuer des gens, qui peuvent avoir les plus graves moments de misère et d'humiliation de maintenir sa dignité nationale." Parler de la tragédie de l'Arménie occidentale, Gorodetsky a souligné que ce n'est pas le pays vaincus. "Et si des ennemis se réjouir, en regardant l'Arménie saignements, les amis, avec anxiété pour son destin, elle peut être fière de" - écrit-il. En Mars 1918, le livre «Ange de l'Arménie, at-il fait l'inscription Hovhannès Toumanian:« Dès le creuset de la catastrophe en Arménie me fait espérer une résurrection. Béni soit le jour où il arrivera. " Notre noble ami C'est dans ces années d'avant Gorodetsky apparaît dans toute autocratie politique candeur contre de petites nations, dans son esprit commence à tourner point, la réévaluation des valeurs. Il comprend que cette politique n'était pas le peuple russe, et les politiques des généraux et des fonctionnaires de la Russie tsariste. Intuitivement Gorodetsky estimé que le peuple russe et la partie progressive de l'intelligentsia n'a pas quitté l'Arménie. «Le Caucase ne peut pas vivre sans la Russie, et la Russie dans le Caucase sans" - il a écrit en 1918 dans une lettre O. Toumanian. Cette année, Gorodetsky retourné à Tiflis, où il a travaillé la tête du département de littérature et d'art dans le journal "du Caucase mot. Aucun événement lié à la culture arménienne et ses dirigeants ne sont pas détenues par lui. Il prend une part active dans une soirée consacrée à des écrivains et des artistes, rédaction d'articles, ce qui rend les commentaires des expositions d'artistes géorgiens et arméniens, en travaillant sur des traductions de poètes arméniens. Durant ces années, il a traduit plusieurs ouvrages Tumanyan: "Par conséquent, la Géorgie, des quatrains, la légende« fille maudite »,« Parvana ", un poème Varoujan« premier péché », et plus tard se tourna vers la poésie A. et N. Hakobyan Zaryan En ces jours Gorodetsky écrit un essai sur la poésie Varoujan, qui a été publié dans le mot du Caucase "(1919, № 41). poète russe, a noté que Varuzhan «créer la poésie raffinée, des motifs universel qui est très proche de la plus brillante des révélations de l'Europe et la pensée russe." La même année marque le dixième anniversaire de la mort d'un remarquable Jivani Ashug. Gorodetsky répondu article "Violon d'amour», où l'immense popularité et l'humanisme de la chansons ashug arménienne, où il aimait à écouter. Gorodetsky était un ami de beaucoup de poètes arméniens, a été particulièrement étroite avec Toumanian. Les familles étaient des amis, des amis de sa femme et ses enfants. Ils sont souvent visités par Toumanian, et que l'amitié a survécu même après la mort du grand poète. Conserve une abondante correspondance avec Gorodetsky Nvard Toumanian, c'est vraiment les lettres d'amis qui ont partagé leur joie et la tristesse. Depuis la fin de 1920, la famille déménage à Moscou Gorodetsky. Les années ont passé, mais vu en Arménie occidentale, brillant passé devant ses yeux un poète russe. Il avait l'intention d'écrire un roman sur la tragédie du peuple arménien, la destruction du pays par les politiques de l'impérialisme. Depuis 1924, presque jusqu'à les dernières années de sa vie, il revint à plusieurs reprises à son roman, qui s'appelait à l'origine «Sept de Wana. Mais alors, il lui donna un nom poétique - «Les jardins de Babylone." Il a été l'une des parties de la trilogie, l'épopée intitulée «Oriental épique" ("Jardins de Babylone", "tornade rouge écarlate", "Black City"). Quand la vie Gorodetskogo en 1928 n'a laissé qu'une tornade Scarlet ". En 1935, quinze ans après l'instauration du pouvoir soviétique en Arménie. Cette date importante Gorodestkii a écrit un article "renaissance du pays, qui a exprimé sa joie profonde à la vue, car la hausse des ruines de l'Arménie. «Dans le court laps de temps, elle se rapproche au plus haut point dans l'histoire du progrès de la culture en matière de prospérité et de la plus grande construction" - écrit-il avec fierté Gorodetsky. Gorodetsky mené une abondante correspondance avec les écrivains arméniens et les artistes - O. Tumanyan A. Isaakyanom, M. Saryan, A. Kodzhoyanom, N. Zaryanom, A. Hakobyan et d'autres. En 1957, après avoir reçu un volume de poèmes Gorodetsky, A. Isaakian écrit: «Votre livre a reçu dans les jours de maladie, désormais familier avec le contenu, exprimer sa gratitude et d'admiration." "Ne m'oubliez pas jamais l'Arménie, et mon rêve - à visiter ses roches primordiales, où les deux connexion sentir entre l'homme et la nature lui a donné naissance» - écrivait-il en 1950 N. Toumanian. poète russe, avait été en Arménie et dans les dernières années de la vie, à se reposer dans Arzni, où il travaille sur la traduction du poème "rock Rushan" N. Zaryan. Là, il fait une série d'esquisses à l'aquarelle. Sur son amour pour arménien Sergey Mitrofanovich m'a toujours dit lors d'une rencontre rare dans sa maison hospitalière à Moscou. Et il a vécu dans le bâtiment du Musée historique sur la place Rouge. En 1964, a célébré son 80 e anniversaire de Sergei Mitrofanovich. La communauté arménienne a réagi vivement, accueilli et félicité le poète. Le Quotidien Grakan tert-"dans l'article« Distinguished Poète, notre noble ami, écrit-elle de lui comme d'un poète remarquable, propagandiste de la littérature arménienne et de l'histoire, comme un humaniste et un vrai citoyen. Gorodetsky décédé à l'âge de 83 ans. Récemment éditeurs Edith Imprimer "avec la participation de l'Association patriotique" Lorvi Dzor "sorti, nous avons préparé une collection de« Le dernier cri ", qui inclut le matériel de la collection Gorodetsky» À propos de l'Arménie et la culture arménienne, qui a été publié en 1974 en russe et en 1980 - la langue arménienne. L'éditeur du livre a été Gharibjanyan par laquelle le livre a été publié. Dans la présente édition (Sous la direction de A. Nalbandian) a été inclus un roman "Jardins de Babylone" dans son ensemble, ainsi que des articles qui sont «idéologiques» raisons, ont été enlevés Glavlit. Je pense qu'il est temps de rendre hommage à Sergei Gorodetsky - un homme remarquable, un, ce qui est difficile pour nous, le dur, les temps de risquer leur vie humaniste, ont élevé la voix pour la défense de notre peuple, partage son sort, et la douleur. Irma SAFRAZBEKYAN Source: golosarmenii.am
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karin

avatar

Nombre de messages : 2655
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Ven 16 Avr - 20:38

Tiens on parle de nous et de notre pays, après avoir dégagé Arménag, aboushner !

http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&&id=42493
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
viola

avatar

Nombre de messages : 502
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Ven 16 Avr - 21:37

http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&&id=42493

tien tien ......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dikranagert



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Mar 27 Avr - 8:17

] [Irrédentisme arménien
Le véritable obstacle à-arménien rapprochement de la Turquie (2)
par
Kalyoncu Mehmet *


Il est normal pour un pays de fermer sa frontière commune avec un voisin irrédentiste de maintenir la sécurité nationale et l'intégrité territoriale.

Il est d'autant plus que l'Arménie n'a jamais officiellement reconnu et admis sa frontière commune avec la Turquie, la Constitution considère une partie de la Turquie en tant que terres de ses propres et pour le pire, a pendant près de deux décennies occupent 20 pour cent d'un autre pays voisin. Donc, la raison la Turquie a fermé ses frontières avec l'Arménie et la Turquie pourquoi devrait-il garder en tant que telle n'est pas simplement l'affinité de la Turquie avec l'Azerbaïdjan, mais irrédentistes de la nature l'Arménie et la menace pour la sécurité que cela pose clairement de ses voisins. Le fait que l'Arménie ne peut pas oser affronter l'armée turque ne cesse ni de ses aspirations sur les territoires turcs, ni les changements de sa nature maligne qui a longtemps entravé les progrès vers la sécurité et la stabilité dans le Caucase du Sud.
En outre, l'Arménie l'impunité dont jouissent depuis longtemps en dépit de ses violations continues du droit international, droit humanitaire, les conventions de Genève et de sécurité des Nations unies des résolutions du Conseil pendant et après son invasion du territoire azerbaïdjanais rend encore plus Erevan soucier de paralyser ses pourparlers de paix avec la Turquie et l'Azerbaïdjan. Le 30 avril 1993, le Conseil de sécurité a adopté la résolution S/RES/822 (1993), «Notant avec inquiétude l'escalade des hostilités armées et, en particulier, la dernière invasion du district de Kelbadjar de la République de l'Azerbaïdjan par l'Arménie locales forces, Se déclarant gravement préoccupé par le déplacement d'un grand nombre de civils et de l'urgence humanitaire dans la région, Réaffirmant également l'inviolabilité des frontières internationales et l'inadmissibilité de l'usage de la force pour l'acquisition de territoire, [et] exige la cessation immédiate de toutes les hostilités et les actes hostiles en vue de l'établissement d'un cessez-le-feu, ainsi que le retrait immédiat de toutes les forces d'occupation du district de Kelbadjar et d'autres zones récemment occupées de l'Azerbaïdjan. "Cette résolution a été soutenue par Erevan après des forces arméniennes locales tués 613 civils azerbaïdjanais, dont 106 femmes et 83 enfants, dans la ville de Khodjali sur 25 à 26 février, 1992. Au lieu de cesser leurs attaques, les forces arméniennes ont élargi leur campagne de massacres au-delà de la région du Haut-Karabakh dans les districts avoisinants tels que Latchine, Koubatly, Djebrail, Zangelan, Aghdam et Fizouli. Alors que les forces arméniennes ont continué à envahir ces districts, le Conseil de sécurité a adopté des résolutions 853, 874 et 884 de la même année exigeant un cessez-le-feu et le retrait des forces arméniennes des territoires azerbaïdjanais occupés.
À ce jour, cependant, ces districts, un total de 8,9 pour cent du territoire azerbaïdjanais, ainsi que la région du Haut-Karabakh reste sous le contrôle de l'Arménie. La façon Sarksyan rappelle les massacres Khodjali est très révélateur: «Nous ne parlons pas haut et fort de ces choses. Mais je pense que le point principal est quelque chose de différent. ... Avant de Khodjali, les Azerbaïdjanais pensais qu'ils plaisantaient avec nous, ils ont pensé que les Arméniens étaient des gens qui ne pouvaient pas lever la main contre la population civile. Nous avons réussi à briser ce] stéréotype [. Et c'est ce qui s'est passé. "(Thomas de Waal,« Black Garden: Arménie et l'Azerbaïdjan dans la paix et la guerre », Université de New York Press 2004, p.172) En cela, le président Sarksyan implique aussi de ce qu'ils aspirent à le faire tant que les circonstances permis.
La voie à suivre
En dernière analyse, les dirigeants actuels à Erevan ne semble pas être prêt à reconnaître ses fautes passées, et encore moins faire des réparations dues aux victimes. Pourtant, il peut commencer par revoir caractéristique irrédentistes de l'Arménie et de trouver des façons de se débarrasser de lui au lieu de demander à Ankara de renoncer à sa condition préalable à la ratification des protocoles.
En attendant, Ankara doit reconnaître que la normalisation des relations turco-arméniennes est directement subordonnée à non pas un mais deux conditions préalables: d'abord, l'Arménie doit mettre fin à son occupation des territoires azerbaïdjanais dans la région du Haut-Karabakh ainsi que les districts environnants, et Deuxièmement, il faut enlever de sa constitution les articles qui décrivent est de la Turquie comme "l'Arménie occidentale." En l'absence de l'autre, une satisfaction de ces conditions n'est pas suffisant, parce que tandis que l'un certifie littéralement aspirations irrédentistes Erevan à l'égard de la Turquie, l'autre pratiquement montre que Erevan cherchent à répondre à ces aspirations une fois que les circonstances le permettent. Jusque-là, la frontière commune de la Turquie avec l'Arménie doit rester étanche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dikranagert



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Mar 27 Avr - 9:29

La Turquie devrait se retirer des territoires et de les retourner à l'Arménie: Jirinovski
"Nous allons libérer l'Arménie occidentale et le retour à l'Arménie", a déclaré Vladimir Jirinovski, vice-président de la Douma d'Etat et le président du Parti libéral démocrate, selon Echo de Moscou.

"Les Arméniens, je m'adresse à vous. Nous allons libérer l'Arménie occidentale et le retour à l'Arménie. La Turquie devrait se retirer des territoires occupés, nous devrions faire cela. Nord-est de la Turquie appartient à l'Arménie, au sud-est de la Turquie - au Kurdistan. La Turquie n'a pas existé dans ce territoire, ici était ancien Etat arménien. Je déclare ouvertement: la Turquie devrait se retirer des territoires et de les retourner à l'Arménie et vous devez sauvegarder le retour de la Crimée à la Russie ", a dit V. Jirinovski.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dikranagert



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Mar 27 Avr - 9:34

Notre demande est perpétuelle, nos souvenirs - impérissable: 95 arbres plantés dans l'Arménie occidentale Tsitsernakaberd "Mémoire Alley"

La Fondation pour la Préservation de la faune sauvage et les biens culturels et de VivaCell-MTS Société a établi aujourd'hui un «Memory Alley» près de génocide Tsitsernakaberd Memorial. 95 arbres apportés de l'Arménie occidentale ont été plantés dans l'allée de la mémoire et la paix.

Le président de la Fondation Ruben Khachatryan a dit que ces arbres sont le pont vert du passé des Arméniens, ainsi que l'avenir «vivant».

"Le territoire Tsitsernakaberd est un sanctuaire pour tous les Arméniens, ce qui est le lieu où le potentiel de chacun s'unissant, nous devrions construire l'avenir puissant de notre pays", a déclaré R. Khachatryan.

VivaCell-MTS directeur général Ralf Yirikian a noté les objectifs de plantation d'arbres effectués en marge des événements Jour de la Terre à l'envoi d'un précepte à tous les peuples et les nations, en particulier qui ne croient pas que les Arméniens existent en tant que nation.

Il a souligné que les Arméniens de préserver leur passé dans les esprits et de travail d'aujourd'hui, ils sont "se prépare pour une plus forte et plus puissante avenir ..."

R. Yirikian signifié que les arbres ont été amenés de l'Arménie occidentale et a dit qu'il devrait venir clair pour tous que les arbres symbolisent la terre qui nous appartient.

Le directeur du musée du génocide arménien Hayk Demoyan-Institut, également participant à la plantation d'arbres, les arbres a dit d'Arménie Occidentale ont deux missions.

«Aujourd'hui, deux morceaux de terre sont unis et cette unification n'est pas un hasard car elle doit donner naissance à un arbre toujours vert pour symboliser le fait que notre demande est perpétuelle, nos souvenirs - qui ne se flétrit», a déclaré H. Demoyan.

L'archevêque a béni le Navasard Kchoyan de plantation d'arbres avec une prière. figures de la culture de premier plan, ministres, universitaires, scientifiques étrangers participant à la Conférence internationale sur le génocide arménien, à Erevan en cours ces jours-ci, participait à la cérémonie de plantation d'arbres.

Tous les participants ont bloqué rubans de lecture «Je me souviens» pour les arbres plantés et ils ont pris des notes dans le livre de mémoire.

Notez que la conférence a également symbolisé l'ouverture de la Conférence internationale sur le génocide arménien, qui se tiendra au Musée-Institut, avec la participation de plus de 20 universitaires de renom dans différents coins du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dikranagert



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Mer 28 Avr - 22:34

28 avril 2010
Une querelle normalisé
Par Sergey Markedonov
Spécial à la Russie le profil

Processus de normalisation arméno-turque semble avoir atteint une impasse, mais cette difficulté est naturel pour la prochaine étape des négociations
A la veille de la 95e anniversaire du génocide des Arméniens par l'Empire ottoman, le président arménien Serge Sarkissian a prononcé un discours mémorable à sa nation. Se plaindre de la Turquie se traîner les pieds et l'insistance sur les conditions préalables, il a annoncé la suspension de deux protocoles établissant des relations diplomatiques et le développement des relations bilatérales signées par l'Arménie et la Turquie en Octobre l'année dernière. "Nous avons dit que, si la Turquie a ratifié les protocoles, comme convenu, sans conditions préalables et dans un délai raisonnable, non par le Parlement arménien à ratifier eux serait exclue", a déclaré Sarkissian. "Maintenant, le moment est venu d'évaluer la notion de« délai raisonnable »et si ce comportement est« sans conditions préalables ».
Le processus de normalisation des relations arméno-turques est devenu un des plus grands sensations politiques des dernières années. Au début, Ankara et Erevan passer rapidement du niveau de la diplomatie du football "à la langue de l'obligation légale. Mais, la signature des deux protocoles à Zurich en Octobre s'est avéré être le sommet de ce succès, après lequel les relations entre les deux comtés ont commencé à se détériorer. Les deux documents juridiquement contraignants sont bloqués au stade de la ratification, qui s'est avéré ne pas être aussi simple que la quasi-unanimité des experts a déclaré qu'il serait en Octobre l'année dernière. Le Parlement turc a commencé à examiner les deux protocoles presque immédiatement après qu'ils ont été signés. En Octobre 21, 2009 députés avaient déjà eu l'occasion d'exprimer leurs attitudes à l'égard de ces documents d'importance historique. Ils n'ont suscité aucun enthousiasme ovation ou, au contraire, l'opposition est sorti de l'hémicycle en signe de protestation, et bien que de nombreux représentants de la décision de justice et du développement a montré beaucoup de retenue, il donne l'impression que la ratification rapide ne faisait pas partie leurs priorités.
L'élite turque a utilisé précisément ce fait pour justifier une pause dans le processus de normalisation des relations entre les deux voisins. Naturellement, le facteur «Karabakh» a été évident dans la position d'Ankara. Ce thème, dont la Turquie ignoré lors de la signature des deux protocoles, a vu quelque chose d'une deuxième naissance depuis la cérémonie de Zurich. Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré la nécessité de combiner les deux processus de paix dans des réunions avec le président américain Barack Obama (en Décembre 2009) et le Premier ministre russe Vladimir Poutine (en Janvier de cette année).
En Arménie, les débuts de la stagnation "phase ont également été accompagnée par des arguments féroce et des manifestations de masse du mécontentement public. Quoi qu'il en soit, le 12 Janvier 2010, la Cour constitutionnelle (le plus haut tribunal de l'Arménie) a reconnu que les deux protocoles arméno-turques sont conformes à la loi fondamentale du pays. Il semblerait que c'est une étape très attendue dans l'établissement de la paix arméno-turque dans la conscience de masse des citoyens arméniens. Et en effet, il a été accueilli par le public arménien.
Toutefois, la décision a suscité une réaction sévère de la part de la Turquie. Le fait est que consacre la loi arménienne sur la nécessité d'obtenir la reconnaissance internationale du génocide arménien. L'article 11 de la Déclaration de l'indépendance arménienne, qui a été adoptée le 23 août 1990 et est considérée comme la base fondamentale de la Constitution, parle de favoriser la reconnaissance du génocide arménien »en Turquie ottomane et l'Arménie occidentale."
"Arménie occidentale" dans la pensée historique et politique arménienne sur le territoire de la République turque en bordure de la journée actuelle République d'Arménie (qu'ils appellent Arménie orientale). De cette façon, les protocoles signés par Ankara et Erevan correspondent aux exigences non seulement de la reconnaissance du génocide, mais aussi spécifiquement la reconnaissance des «Arménie occidentale», - à savoir le problème territorial.

Toutefois, le processus de paix arméno-turque n'a jamais été un problème exclusivement lié à la politique intérieure entre les deux pays voisins. De même, ce processus ne peut pas être résolu simplement sous la forme des relations entre Erevan et Ankara. Il fait partie du jeu Grand Caucase, dans laquelle la «grandes puissances» ont leurs propres considérations. Et les États-Unis et la Russie ont leurs propres raisons de participer à l'Arménie et la Turquie "reset".
Contrairement à leurs positions sur la Géorgie, Washington et Moscou ne sont pas diamétralement opposés sur cette question. Les États-Unis et la Russie ont leurs raisons pour coopérer avec la Turquie. Si les États-Unis a le plus haut niveau de coopération avec la Turquie dans le domaine de la sécurité, puis la Russie a des intérêts graves dans le développement de projets énergétiques communs ("South Stream" est un bon exemple). Pour cette raison, l'Arménie est un partenaire important pour Washington et Moscou, et dans les deux cas la position du lobby arménien doit être pris en compte.
En termes pratiques, cela signifie la recherche d'une solution appropriée de toutes les options disponibles. Par conséquent, plus que les hommes politiques américains et russes parlent de l'impossibilité d'intégrer le plan de paix arméno-turques et le règlement du conflit «gelé» entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan au Haut-Karabakh, plus ces deux processus d'impact sur l'autre. En d'autres termes, chaque numéro aggrave les problèmes existants de l'autre.
En ce sens, la déclaration Serge Sarkissian ne doit pas être considéré comme politiquement sensationnel. L'Arménie et la Turquie expert Rubin Melkonyan est juste de noter que le président a seulement exprimé à haute voix la baisse existant dans le processus de normalisation. Et si on peut noter un certain déclin dans la dynamique complexe de la normalisation arméno-turque, il serait erroné de parler d'une suspension totale de l'ensemble du processus. Le chef arménien arrêté la ratification des protocoles, mais il n'a pas abandonné le processus de paix tous ensemble, les deux documents juridiques n'ont pas été annulées, et la tête de l'Arménie est prête à poursuivre le dialogue.
En fin de compte, les processus de paix pratiquement jamais se développer d'une manière linéaire. Plus d'un an est nécessaire pour l'annulation "des relations avec les pays voisins, tel qu'exprimé par turcs Président Turgut Ozal, de travailler (comme par exemple dans les relations turco avec la Syrie, l'Iran ou à un degré moindre et la Grèce). En ce qui concerne le conflit chypriote, une percée n'a pas été atteint, en dépit de la dynamique positive qui a commencé dans le début des années 2000. La récente victoire aux élections présidentielles dans la République non reconnue turque de Chypre du Nord de Dervish Eroglu, un adversaire de la réunification, en est la preuve.
C'est la même histoire avec le processus arméno-turques. La crise et le déclin ne signifie pas la mort politique. Les idées de la normalisation et de la paix avec les voisins sont déjà devenus une partie de la discussion interne en Arménie et la Turquie. Aujourd'hui, il n'est pas à discuter avec les Arméniens Turcs. Plutôt que les Arméniens se disputent entre eux, et les Turcs se disputent les uns avec les autres, ce qui devrait être fait pour parvenir à la paix - tout en soutenant le moins coûteux et les pertes d'eux-mêmes, bien sûr.
Dans tous les cas, les relations mutuelles ont atteint un autre niveau. La joie, l'appareil photo clignote et éloge visant à les signataires des protocoles est maintenant dans le passé. Le processus de normalisation des relations est entré dans la phase de négociations difficiles et de la négociation - tant entre les «efforts de paix" des pays eux-mêmes, et au-delà de leurs frontières, entre les «grandes puissances». "Et se rappeler des tendances de base de cette nouvelle étape (qui a débuté après la cérémonie de Zurich) est cruciale pour une conception plus adéquate des perspectives du processus de paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dikranagert



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Mer 28 Avr - 22:42

http://www.historyoftruth.com/news/latest/6738-asala-turkey-will-eventually-disintegrate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dikranagert



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Jeu 29 Avr - 14:15

Juge: le Président Wilson a été le seul chef des États-Unis à agir sur le principe
Analitika. A. Ua . "L'ouverture des frontières et l'établissement de relations diplomatiques avec l'Arménie, si vous suivez à la lettre du droit international, doivent être effectuées par la Turquie sans conditions préalables. Toutefois, Ankara a toujours cherché à démontrer publiquement à quel sacrifice incroyable, elle se dirigea vers la normalisation des-turque relations entre l'Arménie." Cette Regnum.ru dit analyste indépendant David Karabakh Karabekyan.
«D'un de la Turquie contre les tentatives de la faire chanter, Erevan, de l'autre - pour gagner des dividendes à partir dans le sillage des intérêts de l'Azerbaïdjan, dont un tiers - à jouer sur la situation autour de-Karabakh de règlement du Haut et de mettre l'Arménie et du Haut-Karabakh dans le rôle des partis engagés dans une position négative, bien qu'en réalité il en est autrement exactement le contraire »- l'analyste. Selon lui, l'Arménie et du Haut-Karabakh sont encore victimes d'incohérence et de deux poids deux mesures des leaders de la politique mondiale.
"U. S. Président Wilson était peut-être le seul chef d'Etat, d'agir sur le principe de la question arménienne au début du 20 ème siècle. Jusqu'à présent, les puissances mondiales n'ont pas expliqué pourquoi la question de l'autodétermination pour le Haut-Karabakh ou non inclus dans l'ordre du jour des négociations, ou lié à toute des restrictions ou des conditions préalables. L'essence de la réglementation que le parti lui-même détermination unité autonome détermine la forme et le moment de la détermination de-soi ", - a déclaré David Karabekyan. Selon l'analyste, la question du Karabakh ne peut être considéré hors du contexte de la question arménienne, mais ne devrait pas être entièrement confiné. "De même, la question de l'autodétermination nationale des Arméniens ne peuvent être artificiellement dissocié du droit à l'autodétermination du Haut-Karabakh, qui a sa propre spécificité, nécessitant un examen en la reconnaissance du statut du Haut-Karabakh ", - résume David Karabekyan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karin

avatar

Nombre de messages : 2655
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Mar 4 Mai - 12:15

Et ben ça alors !

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=60803

Encore un qui a ré-inventé le fil à couper le beurre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karin

avatar

Nombre de messages : 2655
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Mar 11 Mai - 21:38

Un responsable Tachnag reconnait l'existence de l'Arménie Occidentale et enterre le traité de Batoum (juin 1918), pas belle la vie!

http://www.a1plus.am/am/politics/2010/05/11/deputats-chavushoglu

Si vous ne connaissez pas le traité de Batoum, je me ferais un plaisir de l'afficher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karin

avatar

Nombre de messages : 2655
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Jeu 13 Mai - 16:27

Suite des réponses en direction la requête


Selen Yilmaz: Etre un grand pays - cela et être en mesure de s'avouer coupable 14:10

Analitika. A. Ua . Entretien avec un expert sur la société civile, un membre de l'assistance de l'UE à la société civile Selen Yilmaz.
- Mme Yilmaz, pour lesquelles la Turquie a signé la-turque protocoles arménien? Ce qui a donné son?
- En fait, il y avait plusieurs raisons. La première est que la politique étrangère de l'actuel gouvernement turc est le principe de "zéro problème avec les voisins." Le pays est guidée par ce slogan dans ses relations non seulement avec l'Arménie, mais aussi avec l'Irak, le Kurdistan, de Chypre. Deuxièmement, à mon avis, dans le règlement des relations arméno-turques, il ya eu intervention d'un tiers. Il principalement sur les États-Unis et la Russie. Dans une moindre mesure, cela s'applique également à l'UE. Un plus petit, depuis que l'UE n'était pas parmi les plus puissantes forces, les pressions sur la Turquie.
Alors que les protocoles ne sont pas ratifié, je ne pense pas que la Turquie a quelque chose de politiquement. En tant qu'expert sur la société civile, je crois que même si elles ne sont pas ratifiées par la société turque reste bénéficiera de ce processus. Ce n'est pas un nationalistes radicaux qui se trouvent dans n'importe quel pays. Personnes ayant des opinions modérées qu'ils ont vu que les dirigeants des pays avec leur avec les dirigeants de l'Arménie, ce qui n'était pas possible auparavant. Je pense donc que même si ces protocoles ont des sentiments négatifs dans certains milieux, la société turque commune a été de parler de ces questions plus librement, ouvertement, et de la pensée: pourquoi pas - vous pouvez communiquer. En outre, le processus plus facile, et les activistes - partisans du monde, comme moi et mes amis. Nous parlons couramment dans le sujet.
- La signature des protocoles - c'est la moitié de la bataille, on a aussi de les ratifier. Pourquoi la Turquie renforce le processus? Minutes, elle n'a plus besoin?
- Je pense que cette question doit être considérée sous deux angles - politique et sociale. En ce qui concerne ce dernier, alors oui, aujourd'hui en Turquie plus librement parler de l'Arménie et les Arméniens, mais la société n'est pas tout à fait prêt pour cela, et le dialogue turco-arménien est souvent perçu comme une trahison.
La dimension politique de la question est assez évidente. Même si aucune des conditions préalables au procès-verbal ne sont pas enregistrés, nous savons tous ce qu'ils sont. Pour l'Arménie, ils sont seuls, la Turquie - d'autres. Je pense que la Turquie a décidé de retarder le processus de ratification, se rendant compte qu'il pourrait perdre l'Azerbaïdjan comme condition préalable concernant le Haut-Karabakh n'a pas été mis en pratique. La seconde condition de notre pays au génocide et à sa reconnaissance internationale. C'est à cause de ces problèmes, la Turquie et retardent la ratification.
D'autre part, la Turquie ne peut pas retirer leurs signatures de ces documents. Ce n'est pas le cas et simplement. À mon avis, les deux parties veulent maintenant retirer leurs signatures. La question est de savoir qui est le premier à le faire. Et je ne pense pas que la Turquie veut être le premier.
- L'Arménie et la communauté internationale a maintes fois soutenu que le problème du Haut-Karabakh et les relations arméno-turques ne peuvent pas être liés. La partie turque est à l'opposé. Ne pensez vous pas que la façon dont la Turquie menace le règlement des relations et assume également la responsabilité de l'échec de ce processus?
- Oui, il est vrai, la politique milieux arméniens prétendent que le problème du Karabakh ne peut pas être une condition préalable, mais chacun sait que tel est le cas. Dans tous les cas, il s'agit d'un messidzh a été envoyé par la société turque depuis la signature des protocoles. Quand ils ont été signés, dans certains milieux semblait grave mécontentement, et le gouvernement leur a assuré que sans au moins un progrès minuscules dans la question du Karabakh, rien ne se passe.
- Mais vous serez d'accord: ce qui est écrit dans le document, beaucoup plus important que ce que vous pouvez lire entre les lignes. En outre, l'Arménie a toujours déclaré que sans conditions préalables n'existent pas. Incidemment, le même est déclarée, et la Russie.
- Oui, vous avez raison. Toutefois, au niveau public, les gens en Turquie pensent de cette façon. En ce qui concerne le plan politique, le gouvernement de notre pays n'ont jamais dit qui n'a pas ratifié les protocoles. Je ne sais pas comment l'Arménie, mais rien de la Turquie, comme il dit.
- Comment vous sentez-vous lorsque la Turquie a ratifié le Protocole et de le ratifier?
- Question difficile. L'année suivante, lors de l'élection de la Turquie. Donc je ne pense pas que, avant l'élection, le gouvernement de les ratifier, puisque dans ce cas, il peut perdre des voix. Les adversaires du gouvernement, les nationalistes les condamner, en disant: l'Arménie n'a pas ratifié les protocoles, pourquoi vous ratifitsiruete? Et après l'élection, si une partie du gouvernement sera formé, peut-être, des protocoles et sera ratifié. Sauf, bien sûr, cela n'arrivera pas à d'autres événements, par exemple, entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.
- Règlement des relations arméno-turques - la question n'est pas seulement politique mais aussi sociale. Ne pensez-vous pas que la déclaration de votre Premier ministre concernant l'expulsion éventuelle de personnes vivant en arménien citoyens de Turquie de ne pas contribuer à l'instauration d'un dialogue entre nos sociétés?
- Ne médailles, comme on dit, les deux parties. Pour beaucoup, y compris ceux pour moi, le premier ministre est inacceptable. Si vous lisez attentivement les publications de la presse turque, vous verrez que presque tous se sont opposés à ces paroles d'Erdogan. D'autre part, il est même un effet positif sur l'opinion publique - en ce sens que la résistance est formée. Quoi qu'il en soit, le fait que le Premier ministre, bien sûr, ne se produira pas. C'est juste une menace.
- Entre nos deux pays il ya un autre problème complexe - le génocide arménien. Pourquoi la Turquie d'éviter une «confrontation» avec ses propres même histoire? Pourquoi ne veut reconnaître ce qui s'est passé, d'autant plus que la responsabilité n'en incombe pas à l'actuelle République de Turquie, et l'Empire ottoman?
- Bien sûr, à ce sujet peut être dit pendant longtemps, mais je dirai que deux choses. Tout d'abord, en Turquie estiment que la reconnaissance du génocide seront conformes aux exigences financières, et peut, et les ajustements territoriaux. Cependant, le génocide effectués ne sont pas le courant de la République turque, mais en reconnaissant ce qui s'est passé pendant la Première Guerre mondiale, il aurait à payer la dette. Alors, pensez bien des gens, y compris des politiciens et des intellectuels. Et, d'autre part, l'État turc a toujours été fier du fait qu'il est très grand et puissant. Et de reconnaître un tel scandale pour l'Etat n'est pas le cas et simplement. Et il ne concerne pas seulement la question arménienne - comme c'est le cas avec les Kurdes.
- C'est le problème ici et le psychologique?
- Oui, et psychologique, et l'homme. L'opinion publique turque a toujours été la position patriarcale, inclinés par rapport à d'oublier le passé. Toujours sonné: un nouvel Etat turc, nous avons ouvert une nouvelle page. Donc, aujourd'hui, est très difficile de revenir en arrière et regarder le passé et dire: Oui, mes ancêtres ont commis un acte honteux. Il s'agit d'un grave problème psychologique.
Quoi qu'il en soit, dans notre pays aujourd'hui estimé améliorations. Les gens sont plus facile et plus fluide dans le sujet. Il ya des intellectuels, l'esprit des gens progressistes qui sont à l'aise dedans. J'espère qu'un jour la Turquie comprendra que étant un grand pays - cela et être en mesure de reconnaître sa culpabilité.
- Vous avez raison, maintenant encore parler du génocide par les Turcs. Par exemple, Orhan Pamuk., Des centaines de Turcs ont demandé pardon intellectuels plus du peuple arménien et a participé à la collecte de signatures.
- J'étais l'un d'eux. J'ai également signé. Malheureusement, beaucoup n'ont pas accès à l'Internet, ne pouvait pas participer à la collecte des signatures. Mais les 22.000 signatures ont encore. Et ce qui s'est passé ensuite? Grant tué. Je tiens à le répéter: la Turquie n'est pas une personne. Et c'est la seconde personne de notre pays est prêt à discuter non seulement de la question arménienne, mais le problème des Kurdes, les questions de la démocratie et ainsi de suite. Sur le plan intérieur, il ya eu une évolution positive.'s Box Pandora est ouvert. Inutile de dire que le problème, il faudra beaucoup de temps. Mais ce cas n'est pas fermé.
Arpi Sahagian
Source: L'intervieweur Arménie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dikranagert



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Ven 21 Mai - 15:45

Aravot: Vous devez créer un gouvernement en exil en Arménie occidentale
Analitika.at.ua . "Pour une efficacité poursuite plus de questions utilisée par la Turquie contre l'Arménie comme une sorte de« coller »l'Arménie devrait encourager et orienter les efforts de ces dernières années, la diaspora tentatives pour former un conseil d'administration de la protection des droits de l'Arménie ancienne population de l'Arménie occidentale ou le gouvernement en exil" - a déclaré dans une interview accordée au journal «Aravot arménienne parlementaire Viktor Dallakian.
Selon V. Dallakyan ainsi diaspora ne sera pas considéré comme l'un de ses principaux objectifs principalement commémoration du génocide des Arméniens et l'organisation d'une manifestation devant l'ambassade de Turquie et Royaume-Uni, par exemple, autour de l'Arménie gouvernement occidental en exil, seront soulevées dans diverses structures internationales le droit international et pertinents exigence légitime parfaitement de retourner à l'Arménie occidentale et de l'autodétermination dans sa patrie historique, ou de la Turquie a d'autres exigences.
"Et l'Arménie, à son tour, laissant la Turquie la possibilité de« la thèse spéculative de revendications territoriales, de la prendre dans les griffes de la politique nationale bipolaire - une politique rigide du gouvernement de l'Arménie occidentale en exil et un adoucissement de position en Arménie. C'est, en Arménie, ainsi, serait applicable à la Turquie la même manière que les mesures prises récemment par la Turquie contre l'Arménie, à promouvoir la demande pour le retour à l'Azerbaïdjan "occupés" Karabakh ", - a dit V. Dallakyan.
Source: Panorama.am

http://www.parliament.am/deputies.php?sel=details&ID=56&lang=eng
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dikranagert



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Ven 28 Mai - 22:55

Historien: Sardarabad bataille sauvé Erevan et l'Arménie orientale contre les envahisseurs turcs
Si les Arméniens ont été défaits à la bataille Sardarabad, ils perdraient Erevan comme des envahisseurs turcs avaient déjà atteint la ville. L'invasion de Erevan, Arménie orientale aurait le même sort que l'Arménie occidentale, le doyen du Département d'histoire UEE Minasyan Edik dit à la conférence de nouvelles d'aujourd'hui.
"Le plan de Pan Turcs s'engage encore aujourd'hui, la Turquie n'a jamais rompu ses plans. Annihilation de l'Arménie orientale signifierait l'anéantissement du peuple arménien ", a déclaré Minasyan. À cet égard, l'historien a dit Sardarabad bataille a eu rôle important dans la protection de l'identité nationale. Ces événements tragiques besoin d'une nation unie, et se Unis bataille Sardarabad défini le sort du peuple arménien et a déclaré un état indépendant.
Le chef de UEE relations internationales et diplomatie sous-département Edik Zohrabyan a déclaré à la même conférence que rien ne fait la raids turcs d'arrêter et ils ont été décisives à leur plan d'extermination.
"Nous avons été confrontés à un dilemme - être ou ne pas être, et l'armée turque envahit conservés et le meurtre de l'Arménie occidentale. Ils ont menacé de combiner le Caucase, ce qui rend toutes les nations turcophones de vivre dans un Etat et l'Arménie a créé des troubles pour eux ", dit l'expert.


Source: Panorama.am
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dikranagert



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Mer 30 Juin - 23:37

http://translate.google.fr/translate?u=http%3A%2F%2Fwww.atimes.com%2Fatimes%2FMiddle_East%2FLF29Ak01.html&sl=en&tl=fr&hl=&ie=UTF-8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dikranagert



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Mer 30 Juin - 23:41

http://translate.google.fr/translate?u=http%3A%2F%2Fasbarez.com%2F82271%2Fplastic-dog-races-who-gives-a-damn-about-davutoglu-being-honored-by-the-wwc%2F&sl=en&tl=fr&hl=&ie=UTF-8

Et pourtant sur le plan diplomatique et stratégique tout a été déclenché le 10 août 2009 à l'ONU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dikranagert



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Sam 10 Juil - 16:39

http://www.armeniawestern.com/western_armenia/index.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
viola

avatar

Nombre de messages : 502
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Sam 21 Aoû - 17:36

http://news.am/arm/news/28312.html


akhtamar ?????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karin

avatar

Nombre de messages : 2655
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Mer 15 Sep - 0:47

http://www.panarmenian.net/eng/world/news/53489/Frantisek_Miklosko_demands_that_Turkey_return_Biblical_Mount_Ararat_to_Armenians
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dikranagert



Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 06/09/2009

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Sam 25 Sep - 9:38


ԹՈՒՐՔԻԱՅԻ ՀԱՅԿԱԿԱՆ ՀԱՆՐՈՒՅԹՆԵՐ

http://www.lragir.am/armsrc/politics38818.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karin

avatar

Nombre de messages : 2655
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Sam 9 Oct - 19:32

Edouard Nalbandian à l’Ecole Fletcher

http://eafjd.eu/spip.php?breve2631
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karin

avatar

Nombre de messages : 2655
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Mer 20 Oct - 23:56



http://www.armenianaryans.com/AC/showthread.php5?t=255
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alakyaz

avatar

Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 27/04/2010

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Jeu 21 Oct - 22:10

c'est sérieux ???? alors là vous m'épatez !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
viola

avatar

Nombre de messages : 502
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   Lun 6 Déc - 0:39

http://www.armar.am/?p=57919


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....   

Revenir en haut Aller en bas
 
ON PARLE DE NOUS ET DE NOTRE PAYS ....
Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nous marchons vers notre avenir
» Couverture de quelques grandes heures de notre pays
» Il faut des mesures radicales de désislamisation de notre pays
» notre forum à nous!!
» Nous somme entrain d'acheté notre maison.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Armenia Forum :: ACTUALITES :: Arménie Occidentale-
Sauter vers: