Western Armenia Forum
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Western Armenia Forum

Forum de l'Arménie Occidentale
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Zooplus : 10% de remise sur TOUT le site dès ...
Voir le deal

 

 A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur

Aller en bas 
AuteurMessage
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeJeu 25 Mar - 18:24

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur médicale
Publié le jeudi 25 mars 2010 à 07H49

Tovmasyan, 6 ans, a succombé à une erreur de dosage médicamenteux


Originaires d'Arménie, Tovmasyan et son père avaient accompli un long périple pour se faire soigner à la Timone.
Photo F.L.

C'est une virgule mal placée, ou peut-être mal interprétée, une absurde erreur d'écriture ou de lecture qui a tué le petit Tovmasyan Hovhannes. Traité au service d'oncologie pédiatrique de la Timone-Enfants à Marseille pour une forme très agressive de cancer, cet enfant de 6 ans est mort le 3 février dernier. Foudroyé par une surdose de chimiothérapie.

L'erreur médicale, insensée, incompréhensible, a abouti à administrer au petit malade des médicaments très puissants (la Navlebine notamment), à un dosage dix fois supérieur au traitement prévu. L'enfant, dont l'état s'est rapidement dégradé, a été conduit en réanimation. Il y décédera quelques jours plus tard.

La direction de l'AP-HM, qui reconnaît l'erreur de dosage médicamenteux affirme avoir pris depuis "toutes les mesures pour renforcer la sécurité des procédures". "Tout notre fonctionnement a été remis en cause pour qu'un tel drame ne se reproduise plus", assure Pierre Pinzelli, le directeur de la Timone.

Y a-t-il eu faute dans la prescription médicale, erreur de transcription sur l'ordonnance, mauvaise lecture de la part du pharmacien de l'hôpital ? "Tout ce que nous pouvons dire à ce stade, c'est que les garde-fous n'ont pas fonctionné", poursuit Pierre Pinzelli. La procédure prévoit notamment le contrôle de la prescription par un deuxième médecin et une troisième vérification par la pharmacie.

La direction de l'AP-HM qui se dit "bouleversée par ce drame", indique avoir immédiatement saisi l'Agence régionale de l'hospitalisation (ARH), laquelle a diligenté une enquête administrative. "Nous avonspratiqué la plus grande transparence", insiste Pierre Pinzelli. Ce qui n'est manifestement pas le cas de l'ARH. Contacté sur cette affaire, l'agence refuse toute communication.

Par ailleurs, les conclusions de son enquête n'ont à ce jour pas été transmises au parquet, comme la loi exige de le faire "dans les plus brefs délais". Une autre interrogation porte sur la somme de 10000 €, débloquée par l'assurance de l'AP-HM (la SHAM) pour le rapatriement en Arménie du corps de l'enfant.

"Il ne s'agit pas d'une indemnisation mais d'une aide financière qui a notamment servi à payer le cercueil de l'enfant. Cela n'entame en rien son droit à ester en justice", assure Pierre Pinzelli. D'après le directeur de la Timone, la famille n'aurait à ce jour pas manifesté son intention d'intenter un recours.

La communauté médicale de la Timone a été profondément affectée par le décès de cet enfant accueilli dans des circonstances particulièrement douloureuses. À la suite du drame, les personnes impliquées dans sa prise en charge ont fait l'objet d'un accompagnement psychologique.

-------------------------------------------

Un combat désespéré contre la maladie

Ils sont arrivés le 28 décembre à la gare Saint-Charles, sans bagages, les vêtements déchirés. Le père, la quarantaine, tenait son petit garçon par la main. Originaires d'un coin reculé d'Arménie, ils ont accompli un long périple qui les a conduits dans plusieurs pays d'Europe de l'Est. En quête d'un hôpital, d'un traitement, d'un miracle pour sauver Tovmasyan.

Atteint d'une forme grave de cancer, l'enfant est très affaibli. Épuisés, ne parlant pas un mot de français, ils tombent par chance sur un chauffeur de taxi d'origine arménienne, à qui ils parviennent à expliquer la situation. L'homme les conduit aussitôt aux urgences pédiatriques de la Timone.

Très vite, la maladie de l'enfant, et sa gravité, sont diagnostiquées. Le cancer étant déjà très avancé, un traitement très lourd est mis en place à la mi-janvier. "Le père s'inquiétait beaucoup de sa situation administrative. Il avait peur d'être expulsé. Son visa touristique arrivait à expiration", raconte Pierre Pinzelli.

Le directeur de la Timone fait aussitôt le nécessaire auprès de la préfecture pour que son statut soit régularisé. "Même sans papiers ni accord de financement, nos hôpitaux soignent régulièrement des malades qui arrivent en France en détresse vitale. C'est l'honneur du service public".

Touchées par l'histoire des Hovhannes, les équipes soignantes et administratives font leur possible pour les aider. Le père est autorisé à séjourner à plein temps dans la chambre de son fils. Une somme est débloquée pour lui permettre d'acheter un rasoir, des serviettes de toilettes.

On trouve des interprètes, dont un médecin anesthésiste arménien. Puis, comme un impitoyable acharnement du sort, survient la tragique erreur. "À tout moment, le père a été précisément informé de ce qui se passait", assure Pierre Pinzelli. Après le décès de Tovmasyan, son seul souhait a été de rentrer chez lui. "Il voulait ramener le corps de l'enfant à sa mère".

Sophie MANELLI et Denis TROSSERO

http://www.laprovence.com/article/region/a-la-timone-un-enfant-de-six-ans-succombe-apres-une-erreur-medicale
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeVen 26 Mar - 17:39

Un enfant meurt après une erreur médicale de l'hôpital
Mots clés : Erreur, Enfant, Surdosage, MARSEILLE, Hôpital De La Timone

Par lefigaro.fr

25/03/2010 | Mise à jour : 13:36 Réactions (34)

Le garçon était hospitalisé à l'hôpital de la Timone depuis fin décembre. Crédits photo : Abaca
Un surdosage médicamenteux lors d'une chimiothérapie a entraîné à la mort d'un garçon de six ans à l'hôpital de la Timone à Marseille.

Originaire d'Arménie, Tovmasyan était arrivé avec son père à Marseille pour faire soigner son cancer. Hospitalisé à la Timone, le garçon âgé de six ans a été victime d'une surdose de chimiothérapie le 3 février dernier. Un médicament très puissant, le Navlebine, lui a été administré «à des taux nettement supérieurs» à ce qu'ils auraient dû être, explique Pierre Pinzelli, le directeur de l'hôpital. Une enquête est en cours pour déterminer les causes de cette erreur. Une source proche de l'enquête évoque «des fautes cumulées» : «une erreur possible de virgule» dans la rédaction ou la lecture de l'ordonnance et la délivrance d'une quantité excessive de produit par la pharmacie de l'hôpital.

Avant de se rendre à Marseille, le père et l'enfant étaient déjà passés par plusieurs pays d'Europe de l'Est, à la recherche d'un hôpital et d'un traitement pour guérir Tovmasyan. Le 28 décembre, quand ils arrivent à la gare St-Charles, ils ne parlent pas un mot de français mais, par chance, rencontrent un chauffeur de taxi d'origine arménienne qui les conduit aux urgences de l'hôpital de la Timone. «Ils sont arrivés dans un état de détresse totale, sans valises, avec des vêtements troués, raconte Pierre Pinzelli. L'enfant était très fatigué et dénutrie». L'hôpital fait d'abord un bilan global de l'état de santé du garçon, qui est ensuite transféré le 31 décembre dans le service d'oncologie pédiatrique. Tovmasyan souffre d'un cancer «à un stade très avancé, avec pronostic vital engagé» qui nécessite un traitement lourd.

Rapport dans les prochains jours
Devant la détresse du père, la direction de l'hôpital tente d'aider. Le personnel de l'hôpital fournit au père des produits quotidiens comme un rasoir ou des serviettes de toilette, et accepte qu'il séjourne dans la chambre de son fils. Le visa de tourisme du père arrivant à expiration, le directeur de la Timone fait le nécessaire auprès de la préfecture pour le prolonger.

Le 18 janvier, l'état de l'enfant se dégrade fortement et il est transféré en service de réanimation. Le surdosage médicamenteux aurait eu lieu juste avant cette date. La direction de l'hôpital saisit alors immédiatement l'Agence régionale de l'hospitalisation (ARH), qui diligente une enquête administrative. Un rapport devrait être rendu dans les prochains jours sur le circuit du médicament et sur l'organisation médicale.

«Le personnel soignant effondré»
Reste à savoir si les conclusions de l'enquête seront ensuite transmises au parquet. Le père, qui est reparti en Arménie le 11 février n'aurait pas manifesté une volonté d'intenter une action contre l'établissement. Selon le directeur de la Timone, «il voulait rentrer le plus tôt possible dans son pays et n'était pas dans une attitude de reproche vis-à-vis de l'équipe». L'assureur de l'AP-HM (Assistance publique-hôpitaux de Marseille), la SHAM, a débloqué 10.000 euros pour le rapatriement du corps de l'enfant en Arménie.

Le drame a particulièrement ému le personnel soignant. «Dans un hôpital pour enfant, le lien avec les patients sont très forts», décrit Pierre Pinzelli. «Tout le monde a été effondré et s'est tout de suite remis en cause». Une cellule d'accompagnement psychologique a été mise en place pour le personnel. Surtout, dès le constat de l'erreur de dosage, le circuit du médicament a été renforcé et les procédures de distribution de cytostatiques [médicaments administrés dans le cadre de chimiothérapies] revues, afin d'éviter qu'un tel accident ne se reproduise.


http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/03/25/01016-20100325ARTFIG00545-un-enfant-meurt-apres-une-erreur-medicale-de-l-hopital-.php
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeVen 26 Mar - 17:41

http://videos.tf1.fr/jt-20h/marseille-un-enfant-meurt-victime-d-une-erreur-medicale-5787039.html
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeVen 26 Mar - 17:48

Marseille: un enfant de 6 ans succombe à la Timone
Par Olivier GERBI


Hopital de la Timone
En février dernier à l'hôpital de la Timone, une erreur médicale à tué un enfant de 6 ans atteint d'un cancer.
Y a-t-il eu faute dans la prescription médicale, ou mauvaise lecture de la part du pharmacien de l'hôpital ?
La direction de l'AP-HM, reconnaît en tous les cas l'erreur de dosage médicamenteux qui à tué en février dernier un enfant de 6 ans atteint d'un cancer.
Traité au service d'oncologie pédiatrique de la Timone-Enfants à Marseille pour une forme très agressive de cancer, cet enfant de 6 ans est mort foudroyé en février dernier par une surdose de chimiothérapie.

Un drame terrible toujours aussi incompréhensible pour la famille mais aussi pour la direction de l'AP-HM qui se dit "bouleversé"par ce drame.
l'Agence régionale de l'hospitalisation (ARH) a immédiatement diligenté une enquête administrative mais cela prends du temps et les conclusions de cette enquête n'ont à ce jour pas été transmises au parquet, comme la loi exige de le faire "dans les plus brefs délais".
Une autre interrogation porte sur la somme de 10000 €, débloquée par l'assurance de l'AP-HM (la SHAM) pour le rapatriement en Arménie du corps de l'enfant.
Arrivé d'Arménie et atteint d'une forme grave de cancer, l'enfant avait été en effet pris en charge par l'hôpital de la Timone.

http://mediterranee.france3.fr/info/provence-alpes/marseille-un-enfant-de-6-ans-succombe-a-la-timone-62101940.html
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeVen 26 Mar - 17:49

Un enfant décède à la suite d'un surdosage de chimiothérapie, à l'hôpital La Timone de Marseille
Un enfant atteint d'un cancer grave est décédé à la suite d'un surdosage d'un cytostatique, à l'hôpital La Timone de Marseille (AP-HM), a confirmé jeudi le directeur de l'établissement.

L'enfant, âgé de 6 ans, était traité pour un cancer "extrêmement agressif en phase très avancée avec un diagnostic vital très engagé", a précisé le directeur de l'hôpital, Pierre Pinzelli, joint jeudi par l'APM après un point presse tenu par l'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM). L'affaire a été révélée jeudi matin par le quotidien La Provence.

Il s'agissait d'un enfant de nationalité arménienne, arrivé aux urgences de l'hôpital après un long voyage, "dénutri et épuisé". Un traitement "un peu comme un traitement de la dernière chance" avait été initié mais "face à l'aggravation de son état sous traitement, les médecins se sont interrogés et ont décelé un erreur de surdosage". L'enfant a été admis en réanimation et malgré les soins délivrés, il est décédé le 3 février.

Une enquête administrative a été diligentée par l'Agence régionale de l'hospitalisation (ARH) Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Paca), l'inspection régionale de la pharmacie et la direction départementale des affaires sanitaires et sociales (Ddass). Elle est en cours, a précisé le directeur.

C'est le premier accident de cette nature qui touche ce service de référence prenant en charge 150 enfants atteints de cancers graves par an. "Les équipes sont extrêmement éprouvées", a indiqué le directeur. Un accompagnement psychologique a été "immédiatement mis en place" pour soutenir l'équipe dans son travail au quotidien et toutes les mesures ont été prises pour sécuriser les soins des enfants en traitement et à venir.

"Tout le processus a été repris, de la prescription jusqu'à l'administration et les mesures de sécurisation ont été renforcées pour que cela ne se renouvelle pas", a-t-il assuré.

Interrogé par l'APM sur l'étape où s'est produite l'erreur, le directeur a répondu qu'il était trop tôt pour le dire.

L'enfant avait été admis à l'hôpital La Timone le 28 décembre 2009 dans un "état général très grave". Confronté à la maladie de son fils atteint d'un cancer, le père de l'enfant avait décidé de quitter son pays pour rechercher toute chance de traitement possible. Détenteur d'un visa touristique, il avait effectué tout un périple à travers l'Europe et était arrivé à Marseille où il avait été recueilli par la communauté arménienne et rapidement amené à l'hôpital La Timone.

Admis en pédiatrie où des bilans ont été effectués, l'enfant avait été transféré, quelques jours après, le 31 décembre 2009, dans le service d'oncologie pédiatrique, "dans un état de santé très inquiétant avec un diagnostic vital engagé", précise le directeur.

"Un protocole de traitement adapté et particulièrement lourd", avec plusieurs agents de chimiothérapie, avait alors été proposé et débuté, en accord avec le père.

Le directeur précise que tous les échanges ont été réalisés par l'intermédiaire d'un interprète, le père ne parlant pas français.

Mesures d'accompagnement
Compte tenu du dénuement auquel faisait face le père, le directeur de l'hôpital a accepté de mettre en place un accompagnement social. Le père a pu dormir auprès de son fils à l'hôpital et une somme a été débloquée d'un fonds social pour lui permettre de procéder à des achats de la vie quotidienne (rasoir, vêtements...).

Le directeur assure avoir été très transparent auprès du père sur la cause du décès de son enfant. Il avait trouvé un médecin pour servir d'interprète, le jour où il a dû annoncer le décès. "Avant, pendant et après ce drame, toutes les mesures d'accompagnement possibles ont été mises en oeuvre d'un point de vue psychologique et matériel", indique-t-il.

Le père ayant formulé le souhait de rentrer en Arménie avec le corps de son fils, pour y retrouver sa femme et ses autres enfants laissés depuis plusieurs mois, une aide financière de 10.000 euros a été débloquée, en accord avec la Sham, assureur de l'établissement, pour s'occuper du rapatriement de l'enfant et du voyage de son père. Des démarches ont aussi été effectuées auprès de la préfecture pour obtenir le prolongement de son visa venu à expiration pendant son séjour. Le retour a pu avoir lieu, le 11 février.

"Cette aide financière ne préjuge en rien de sa capacité à intenter des actions en justice pour demander réparation s'il le souhaite. Je l'ai bien expliqué au père, lors d'un entretien la veille de son départ, et je lui ai fourni nos coordonnées en lui expliquant qu'il pouvait faire ces démarches, même une fois rentré chez lui", indique le directeur.

Le père lui aurait indiqué qu'il n'avait pas l'intention de porter plainte, que c'était "hors de propos". "Il a toujours souligné la qualité de l'accueil et de l'accompagnement", rapporte Pierre Pinzelli.



©️ 2004-2009 APM-International - Tous droits réservés. Les données sont la propriété de APM International. Toute copie, republication ou redistribution des données APM Santé, notamment via la mise en antémémoire, l'encadrement ou des moyens similaires, est expressément interdite sans l'accord préalable écrit de APM. APM ne sera pas responsable des erreurs ou des retards dans les données ou de toutes actions entreprises en fonction de celles-ci ou toutes décisions prises sur la base du service. APM et le logo APM International, sont des marques d'APM International dans le monde. Pour de plus amples informations sur les autres services d'APM, veuillez consulter le site Web public d'APM à l'adresse http://www.apmnews.com/
Vendredi, 26 Mars 2010 09:25
Mise à jour le Vendredi, 26 Mars 2010 10:14

http://www.infirmiers.com/actualites/actualites/un-enfant-decede-a-la-suite-dun-surdosage-de-chimiotherapie-a-lhopital-la-timone-de-marseille.html
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeVen 26 Mar - 17:50

Un enfant succombe d'une surdose de médicaments à Marseille

(AFP) – Il y a 1 jour
MARSEILLE — Un petit Arménien de 6 ans atteint d'une forme grave de cancer est décédé début février à l'hôpital de la Timone à Marseille, victime d'une "erreur" liée à un surdosage du produit de chimiothérapie, ont indiqué jeudi les responsables du centre hospitalier.
"Malheureusement il y a eu une erreur de dosage du médicament au cours du traitement", a déclaré Pierre Pinzelli, directeur du centre hospitalier, lors d'une conférence de presse, confirmant une information du quotidien La Provence.
Le médicament a été administré "à une dose très nettement supérieure à ce que l'enfant aurait dû recevoir", son état s'est alors "dégradé de façon alarmante" et il a été admis en réanimation. "Nous savons que la surdose a accéléré son décès, somme toute malheureusement assez prévisible", a-t-il ajouté.
Le garçonnet était arrivé en France fin décembre dans un "état général très dégradé" après un "long périple", accompagné de son père qui avait quitté l'Arménie pour tenter de trouver un moyen de le soigner.
A Marseille, ils ont été accueillis par la communauté arménienne qui les a immédiatement orientés vers le service des urgences de la Timone-Enfants, a raconté M. Pinzelli.
Le petit garçon est alors transféré en oncologie pédiatrique, pour y suivre un protocole de traitement "particulièrement lourd".
Le père, autorisé à séjourner dans sa chambre, est régulièrement tenu informé de l'évolution de son état de santé par le biais d'interprètes, selon la même source. Après la mort de son fils le 3 février, il rentre dans son pays avec le corps grâce à une aide de 10.000 euros, débloquée par la société d'assurance mutuelle hospitalière.
"Il a bien compris que nous avions fait une erreur, mais il n'a jamais manifesté le désir d'intenter une action en justice contre l'établissement", a affirmé le directeur de l'hôpital.
C'est un "cas extrêmement rare, un drame épouvantable, tout le monde est très choqué par ce qui est arrivé", a-t-il dit, précisant qu'un accompagnement psychologique avait été mis en place à destination du personnel.
Le professeur Gérard Michel, président du comité consultatif médical de la Timone-Enfants, a aussi regretté cette "erreur humaine survenue malgré les compétences et le dévouement du personnel médical" de cet établissement de référence dans la région.
Selon les responsables du service d'oncologie pédiatrique, "sur les 150 enfants pris en charge chaque année, aucune erreur (de ce type) ne s'est jamais produite".
"Des actions correctrices ont été immédiatement mises en oeuvre pour éviter qu'un tel drame ne se reproduise", a souligné M. Pinzelli, qui n'a pas souhaité s'étendre sur les raisons possibles de l'erreur tant que le dossier n'est pas clos.
L'Agence régionale de l'hospitalisation (ARH) "a été informée du problème avant le décès", a indiqué à l'AFP son responsable Jean-Claude Husson, qui a "immédiatement diligenté une enquête administrative".
"Est-ce une erreur personnelle, de lecture, d'écriture ou une faute liée à l'organisation?": autant de pistes auxquelles le rapport, attendu dans les prochains jours, devrait répondre. "A l'issue des conclusions de l'enquête, nous verrons si nous saisirons le parquet", a précisé M. Husson.
Selon une source judiciaire, une erreur médicale, même s'il n'y a pas volonté de nuire, peut être qualifiée d'homicide involontaire si elle relève d'une faute.
Copyright ©️ 2010 AFP. Tous droits réservés


http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5j653zCShaK0W4iRQ2-GDzUk11RDQ
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeVen 26 Mar - 17:52

Marseille : un enfant de six ans meurt d'une surdose de chimiothérapie


Un enfant de 6 ans, traité au service d'oncologie pédiatrique de l'hôpital de la Timone-Enfants à Marseille pour une forme très agressive de cancer, est mort le 3 février, tué par une surdose de chimiothérapie, rapporte la Provence, jeudi 25 mars. "La direction de l'AP-HM, qui reconnaît l'erreur de dosage médicamenteux, affirme avoir pris depuis toutes les mesures pour renforcer la sécurité des procédures", rapporte le journal.



Conservez cet article dans votre classeur
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 1 mois offert
Selon le quotidien, l'erreur de dosage est vraisemblablement liée à une virgule mal placée ou mal interprétée qui a conduit un soignant à administrer dix fois la dose thérapeutique qui aurait dû être prescrite, conduisant l'enfant en réanimation où il est mort au bout de quelques jours. Le directeur de l'hôpital affirme ne pas avoir pour l'instant d'éléments suffisants lui permettant de savoir si l'erreur a été commise au moment de la prescription, de la rédaction de l'ordonnance ou de la délivrance des traitements par le pharmacien de l'hôpital.

SOLIDARITÉ

Le quotidien souligne plusieurs faits étonnants, comme le fait que la procédure prévoie le contrôle de la prescription par un deuxième médecin, que l'administration n'a pas encore transmis les résultats de son enquête au parquet ou que l'AP-HM a débloqué 10 000 euros pour le rapatriement du corps du garçon en Arménie, dont il était originaire.

Le parcours du jeune garçon, Tovmasyan, retracé par La Provence, est singulier. Il est arrivé en compagnie de son père fin décembre à Marseille, après un périple à travers l'Europe, à la recherche d'un établissement capable de prendre le garçon en charge. Aux urgences pédiatriques de la Timone, l'équipe médicale diagnostique un stade très avancé de cancer et met en place un traitement lourd. Pour éviter au père, dont le visa touristique devait expirer, une expulsion, le directeur de l'hôpital effectue les démarches préfectorales nécessaires à sa régularisation. Le père est autorisé à demeurer en permanence auprès de son fils, pris sous l'aile d'un médecin anesthésiste arménien.

A la suite du décès de son fils, le père qui aurait été informé en permanence de l'évolution de la situation, n'a, semble-t-il, manifesté aucun désir de poursuivre l'hôpital, souhaitant uniquement pouvoir ramener le corps de son fils auprès de sa mère, en Arménie.


http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/03/25/erreur-medicale-fatale-a-l-hopital-de-la-timone-a-marseille_1324100_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeVen 26 Mar - 17:54

Un enfant succombe à une erreur médicale à Marseille
Par Reuters, publié le 25/03/2010 à 10:18

MARSEILLE - Un enfant de six ans traité en chimiothérapie à l'Hôpital de la Timone de Marseille est décédé d'un surdosage, révèle le quotidien La Provence.

ERREUR MEDICALE MORTELLE À MARSEILLE
Traité au service d'oncologie pédiatrique pour une forme très agressive de cancer, l'enfant est décédé le 3 février.
L'administration de médicaments puissants, tel la Navlebine, à un dosage dix fois supérieur au traitement normal serait directement à l'origine de son décès.
"Tout notre fonctionnement a été remis en cause pour qu'un tel drame ne se reproduise plus", a affirmé au quotidien le directeur de la Timone, Pierre Pinzelli.
La direction de l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM) indique avoir immédiatement saisi l'Agence régionale de l'hospitalisation (ARH), qui a diligenté une enquête administrative.
Le journal révèle également qu'une somme de 10.000 euros a été débloquée par l'assurance de l'AP-HM pour permettre le rapatriement en Arménie du corps de l'enfant.
"Il ne s'agit pas d'une indemnisation mais d'une aide financière qui a notamment servi à payer le cercueil de l'enfant", a expliqué Pierre Pinzelli.
La famille de la victime n'a, à ce jour, pas intenté de recours.
L'enfant était arrivé avec son père directement d'Arménie, fin décembre, en quête d'un traitement miracle.
"Le père s'inquiétait beaucoup de sa situation administrative. Il avait peur d'être expulsé. Son visa touristique arrivait à expiration", déclare Pierre Pinzelli.
Le père avait vainement tenté de faire soigner son enfant dans plusieurs pays d'Europe de l'Est avant de s'orienter vers l'Hôpital de la Timone, conduit au service d'oncologie pédiatrique par un chauffeur de taxi marseillais d'origine arménienne.
Jean-François Rosnoblet, édite par Sophie Louet

http://www.lexpress.fr/actualites/2/un-enfant-succombe-a-une-erreur-medicale-a-marseille_858012.html
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeVen 26 Mar - 17:56

Un enfant de 6 ans succombe à une erreur médicale à Marseille


jeudi 25 mars 2010, par Isabelle
Un petit garçon de six ans atteint d’une forme grave de cancer a été victime d’une "erreur" de surdosage d’un produit de chimiothérapie à l’hôpital de la Timone à Marseille, ont annoncé jeudi les responsables du centre hospitalier.



Un petit Arménien de 6 ans, atteint d’un cancer à un stade avancé, est décédé à l’hôpital de la Timone à Marseille d’une "erreur" liée à un surdosage du produit de chimiothérapie. Le Directeur de l’hôpital de la Timone, Pierre Pinzelli, a confirmé une information du journal La Provence en admettant que "malheureusement il y a eu une erreur de dosage du médicament au cours du traitement", a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Pierre Pinzelli reconnait qu’il s’agit d’un "cas extrêmement rare, un drame épouvantable" et que "la surdose a accéléré son décès". Le médicament a été administré au petit garçon de six ans "à une dose très nettement supérieure à ce que l’enfant aurait dû recevoir" et l’état du garçonnet s’est alors "dégradé de façon alarmante".

Cet enfant a quitté l’Arménie, en compagnie de son père, et est arrivé en France en décembre 2009 dans un "état général très dégradé" et a été admis au centre hospitalier de la Timone-Enfants. Transféré en oncologie pédiatrique, le petit garçona suivi un protocole de traitement très lourd.

Le père, autorisé à séjourner dans sa chambre, est régulièrement tenu informé de l’évolution de son état de santé par le biais d’interprètes, selon la même source. Après la mort de son fils le 3 février, il rentre dans son pays avec le corps grâce à une aide financière de 10.000 euros, débloquée par la société d’assurance mutuelle hospitalière.

Une enquête administrative est diligentée, selon le Directeur de l’hôpital de la Timone.




http://sante-plus.org/spip.php?article687
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeVen 26 Mar - 17:59

RADIO

http://www.rtl.fr/fiche/5936976171/un-enfant-victime-d-une-erreur-medicale-fatale-a-marseille.html
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeVen 26 Mar - 18:02

http://news.google.fr/news/more?hl=fr&rlz=1C1GPMD_enFR341FR341&q=Marseille+%C3%A0+la+Timone+une+erreur+m%C3%A9dicale&um=1&ie=UTF-8&ncl=duon9PUIz3HXZ8M_FaZoeDHoNol6M&ei=bcqsS-zIIuGO4gbhysG0Dw&sa=X&oi=news_result&ct=more-results&cd=1&resnum=1&ved=0CC8QqgIoADAA
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeLun 29 Mar - 22:18

RADIO AZATUTYUN 
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeMar 30 Mar - 1:04

Hovhannes succombe après une erreur médicale

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=59658
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeMar 30 Mar - 1:05

Un enfant meurt après une erreur médicale à la Timone



http://www.libemarseille.fr/henry/2010/03/un-enfant-meurt-apr%C3%A8s-une-erreur-m%C3%A9dicale-%C3%A0-la-timone.html
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeMar 30 Mar - 1:08

MORT D’UN ENFANT DE 6 ANS À L’HÔPITAL: UNE ERREUR MÉDICALE?

http://www.lacapitale.be/actualite/faits_divers/2010-03-25/mort-d-un-enfant-de-6-ans-a-l-hopital-une-erreur-medicale-770165.shtml
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeMar 30 Mar - 1:11

Une putain de virgule

L’enfant avait six ans, un cancer virulent et un père qui aurait, qui a remué ciel et terre pour le faire bénéficier d’un traitement. D’abord, en vain, dans des pays d’Europe de l’Est puis, finalement, en France.

L’enfant malade et son papa, munis de simples visas touristiques, ont débarqué à la gare de Marseille fin décembre. Ils n’avaient aucun bagage, leurs vêtements étaient en lambeaux et aucun des deux ne parlait le moindre mot de français. Un sympathique chauffeur de taxi, tout aussi arménien qu’eux, les a conduits au service d’oncologie pédiatrique de l’hôpital de la Timone. L’hôpital a fait tout son possible. On a autorisé papa à vivre dans la chambre de son enfant. On lui a donné de l’argent pour acheter de menues choses, un rasoir, des serviettes. Bref, l’hôpital et ses employés ont fait ce que l’on attend d’eux et bien plus encore. Ils ont dit que c’était là leur honneur.

Deux mois plus tard, alors que le visa du père arrivait à expiration et qu’il tremblait de peur d’être expulsé, l’hôpital est intervenu auprès de la préfecture afin de régulariser sa situation. Encore une question d’honneur.

Puis... Puis quelqu’un a mal placé ou peut-être mal lu une virgule sur l’ordonnance et l’enfant s’est vu administrer un médicament puissant à un dosage dix fois supérieur au traitement prévu. Conduit en réanimation, il est mort quelques jours plus tard, le 3 février.

Papa, lui, est rentré en Arménie. Il n’a même pas intenté d’action contre l’hôpital qui pourtant a reconnu l’erreur médicale. La seule chose qui comptait à ses yeux était de ramener le corps de l’enfant à sa mère.


Cette histoire d’amour et d’honneur est de loin, de très loin, l’information la plus importante que j’ai lue aujourd’hui.


L’enfant s’appelait Tovmasyan Hovhannes.


Par Sergeant Pepper - Publié dans : Nouvelles du Monde

http://sergeantpepper.over-blog.com/article-une-putain-de-virgule-47359126.html
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeMar 30 Mar - 17:53

Erreur médicale : la justice attend toujours les résultats de l'enquête
Publié le samedi 27 mars 2010 à 14H32


Depuis nos révélations sur Tovmasyan, six ans, atteint d'un cancer et décédé le 3 février à l'hôpital de La Timone à la suite d'une grave erreur de dosage médicamenteux, le parquet attend avec impatience la communication de l'enquête menée par l'Agence régionale de santé. Le rapport devrait être raisonnablement transmis "en début de semaine prochaine".

Près de deux mois après les faits, la justice marseillaise sera alors en possession des volets pharmaceutique et médical, qui lui permettront d'ouvrir une information judiciaire contre X qui pourrait être confiée au juge d'instruction Luc Fontaine, notamment spécialisé en matière de responsabilité médicale. Les chefs de poursuites retenus seraient soit le cadre de "la recherche des causes de la mort", soit "homicide involontaire", la deuxième hypothèse permettant de diligenter aussitôt des expertises à partir du dossier médical du patient décédé.

Il restera ensuite à établir à quels niveaux des fautes ont été commises ou non. L'ARS s'est refusée jusque-là à toute communication avec la presse. Au parquet de Marseille, on regrette que les autorités hospitalières "n'aient pas joué la transparence". "C'est une affaire qui aurait mérité d'être portée à la connaissance du parquet dans les plus brefs délais pour juger des responsabilités éventuelles engagées", précise une source judiciaire.


http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/erreur-medicale-la-justice-attend-toujours-les-resultats-de-lenquete
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
tseghakron

tseghakron


Nombre de messages : 755
Date d'inscription : 25/09/2007

A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitimeMar 30 Mar - 17:54

http://www.laprovence.com//video/Un%252Benfant%252Bde%252B6%252Bans%252Bsuccombe%252Bapr%2525C3%2525A8s%252Bune%252Berreur%252Bm%2525C3%2525A9dicale/iLyROoafvAD7
Revenir en haut Aller en bas
http://njdeh.free.fr
Contenu sponsorisé





A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Empty
MessageSujet: Re: A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur   A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
A la Timone, un enfant de six ans succombe après une erreur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Western Armenia Forum :: SOCIETE :: Santé-
Sauter vers: